dimanche 3 avril 2011

Gaz de schiste ne pas baisser la garde !



Après les députés, ce sont les sénateurs qui s'engagent contre le gaz de schiste, Nicole Bricq (sénatrice de Seine et Marne), Didier Guillaume (sénateur de la Drôme) et Michel Teston (sénateur de l'Ardèche) ont décidé de déposer une proposition de loi visant à interdire l'exploration et l'exploitation des gaz  et huiles de schiste sur le territoire national. Les sénateurs appuieront plus particulièrement sur "l'opacité qui a entouré les procédures d'attribution de ratification par le Parlement de l'ordonnance du 20 janvier 2011 portant codification de la partie législative du code minier qui selon eux "encourage cette opacité".





 Voici quelques nouvelles de la Pennsylvanie...


Une fois encore les nouvelles nous arrivent par le New York Times et Ian Urbina, je vous laisserai examiner l'article lui-même et me contenterai de vous présenter les cartes de l'état de Pennsylvanie et les rejets polluants des puits d'exploitations du gaz de schiste.

Voici pour commencer les pollutions au radium relevées en Pennsylvanie :


Les quantités dans l'eau dépassent de 20, 100, 250 et parfois plusieurs milliers de fois les limites légales atteignant des taux dangereux pour la santé.

Pollutions à l'uranium :


Rayonnement Alpha :


Voici la liste des émetteurs alpha radioactifs, à la fois naturels et artificiels :

Américium-241
Plutonium-236
Uranium-238
Thorium-232
Radium-226
Le radon-222
Polonium-21

Pollution au benzène :


"Derrière ces chiffres, les formules secrètes des « liquides de fracturation » : non communiqués par les industriels, les produits chimiques injectés dans l’eau pour faciliter la destruction des couches de schiste renfermant le gaz et leur extraction comprendraient des substances ou dérivés de radium, uranium, benzène, etc"

Comment croire ensuite aux balivernes des pétroliers qui communiquent auprès des autorités, des préfets, et des médias sur des adjuvants biologiques à basse d'amidon de maïs ? De qui se moque-t-on ? 

Lors du rassemblement de Cahors, une charmante jeune femme, très motivée dans le combat contre le gaz de schiste s'étonnait de la mollesse des actions menées par les collectifs, et du peu de visibilité des rassemblements, souvent dans des lieux excentrés et peu dérangeant au final. 

J'argumentais à la décharge des organisateurs qu'une procédure "démocratique" était engagée, qu'il fallait user de moyens légaux. Elle me posa alors cette question : "Empoisonner les gens sciemment et volontairement, ce n'est pas un crime contre l'humanité ? Ne peut-on pas mener des actions judiciaires pour crime contre l'humanité ?"

Je dois avouer qu'à la réflexion, elle avait raison, et je pense effectivement que nous, citoyens, nous allons devoir nous mobiliser un peu plus largement et fermement contre ce crime organisé. Tout est là pour prouver la dangerosité de l'exploration/exploitation du gaz de schiste, allons nous, nous laisser endormir encore longtemps par des politiques bien timides sur le sujet, ou au contraire très enthousiastes quant à cette exploitation.





"Au Texas, état où est née l'industrie du gaz de schiste la révolte gronde. Les citoyens, qui voient les gazières forer tout près de leurs maisons de banlieue ou des écoles de leurs enfants, en ont assez. Les poursuites se multiplient et plusieurs projets de loi sont proposés pour encadrer une industrie qui a créé 70 000 emplois dans la région."

La particularité du Texas, lieu historique de cette énergie, 10 ans d'exploitation déjà pour cet état, et la courbe d'exploitation d'un forage de gaz de schiste expliquent la nouvelle orientation prise par les pétroliers pour exploiter le "gisement".

En effet, la courbe d'exploitation décline très vite, pour atteindre en cinq ans le niveau critique de rentabilité. (notez les 5 années, comme par hasard la durée accordée pour les permis Français.)

Donc voici que les pétroliers pour palier à cette baisse de rentabilité, agrandissent leur zone d'exploitation, en inventant le forage urbain ! Vous avez bien lu, des forages en pleine ville, en lieu et place de bâtiments rachetés une misère.

"Dans tous les quartiers, chaque terrain vague ou recoin en friche a déjà ses puits. Si ce n'est pas le cas, cela ne saurait tarder. Et s'il n'y a pas de terrain vague, l'industrie en crée un. Dans un cas récent, une société gazière a acheté un édifice à logements délabrés et l'a rasé pour y installer sa plate-forme de forage."

"La crainte de la pollution au benzène a atteint son paroxysme à Flower Mound, en banlieue nord de Fort Worth. Les résidants y ont attribué ce qui leur semblait un nombre inhabituel de leucémies chez les enfants."

Je vous invite à lire la fin de l'article sur le site cyberpresse.ca il nous présente le probable sombre avenir qui attendrait notre douce France si nous ne réagissions pas avec force et vigueur contre toute autre proposition que l'abandon définitif de toute exploitation de gaz ou d'huile de schiste !


Nous ne sommes pas là dans la rumeur ou la désinformation comme certains députés le déclarent à l'Assemblée Nationale, mais belle est bien dans la réalité de notre France de 2011. Je sais que parfois certains d'entre nous sont obligés de se pincer pour être certains de ne pas être dans un cauchemar, mais non, c'est bien la triste réalité de ce gouvernement...


Voici donc la dernière demande de permis en date, le permis du Rhône, soit 3800 km2 allant du Lac Leman à l'Est Lyonnais et incluant Annecy, le sud de l'Ain et le nord de l'Isère.

Un nouveau collectif est donc né, vous le retrouverez ici : http://nonaugazdeschistelyon.wordpress.com


Bien sûr, certains membres de l'UMP, et pas des moindres, le patron des députés de ce groupe, Christian Jacob a ce lundi 28 mars 2011 déclaré fermement son opposition à toute exploration/exploitation de gaz et huile de schiste.


Mais au regard de l'actualité post électorale et des relations intestines de l'UMP, on peut se demander dans quelle mesure les membres de ce groupe vont pouvoir encore exprimer un avis personnel sur une décision gouvernementale prise au plus haut niveau, et peut être par copinage...

Dans le même temps, où je rédige cette petite revue d'actualité, j'écoute le débat sur le gaz de schiste à l'Assemblée Nationale, et à l'instant le discours d'un des deux députés chargés de la mission d'enquête par le gouvernement, Monsieur Gonnot. C'est assez inquiétant pour l'avenir. Ce monsieur semble avoir une idée déjà arrêtée sur le gaz de schiste, malheureusement positive et pro gaz de schiste, "Rendez vous compte, la technologie est signée Total, donc fiable !"



Voici quelques extraits de ce document :




A ce document rédigé par les scientifiques français, vous pouvez ajouter l'engagement  de 120 chercheurs et scientifiques Québécois, victimes également de la ruée vers le gaz de schiste. Je vous le présente ici :



Pour être crédible, il faut également présenter des documents venant de parties moins engagées contre le gaz de schiste, voici donc un rapport très intéressant de l'ifri, une des structures européennes qui se déclare indépendante.


Voici des extraits, vous accèderez à l'ensemble du rapport en cliquant sur le logo ci-dessus :


Plus que jamais nous devons rester attentif et mobilisé contre cette exploration/exploitation, n'oublions pas que le calendrier des forages est toujours d'actualité ! La ministre de l'Écologie l'a bien dit, ce ne sont que les forages non conventionnels qui sont suspendus. Les forages verticaux eux auront bien lieu !




• 15 avril 2011 Toreador et Hess Oil commenceront à forer. (Seine et Marne, Aisne, Aube, Marne)
• Fin juin 2011 Vermilion pourra commencer à fracturer. (Champotran, Donnemarie, Chaunoy)
• Septembre 2011 Schuepbach et Total commenceront leurs forages. (Ardèche, Drôme, Vaucluse, Gard, Hérault)
• Octobre 2011 Schuepbach et GDF Suez commenceront à forer. (Ardèche, Gard, Hérault, Aveyron, Lozère)



Mobilisons-nous ! Communiquons avec notre entourage, expliquons ce qu'est le gaz de schiste. 

Conseillons le film Gasland, au cinéma dès le 6 avril !




Affichez votre refus du gaz de schiste !

Donnons de la visibilité à la mobilisation !

Non au gaz de schiste ! Non au gaz de la mort !







Aucun commentaire:

Publier un commentaire