lundi 30 novembre 2015

La galerie de l'Aurignacien à la Caverne du Pont d'Arc

Le site de la reproduction de la grotte Chauvet, la caverne du pont d'Arc propose une superbe exposition permanente, la galerie de l'Aurignacien. 

L'Aurignacien est une culture du début du Paléolithique supérieur, datant d'environ 39 à 28 000 ans avant le présent. En Europe centrale et occidentale, il semble correspondre à l'arrivée des hommes anatomiquement modernes. L'Aurignacien est caractérisé par ses industries osseuse (sagaies à bases fendues) et lithique (pièces carénées, lamelles, lames retouchées etc).

L'Aurignacien a été défini par Henri Breuil et Émile Cartailhac en 1906 à partir de l'industrie lithique de la grotte d'Aurignac (Haute-Garonne), fouillée par Édouard Lartet en 1860. Sa position stratigraphique au sein des industries du Paléolithique supérieur fit l'objet d'une polémique. Il revient à Henri Breuil d'avoir démontré en 1906 que l'Aurignacien était immédiatement postérieur au Moustérien et antérieur au Solutréen. Ce chercheur définit trois étapes successives : Aurignacien ancien, moyen et supérieur.

En 1933, Denis Peyrony restreignit l'emploi du terme Aurignacien à la phase moyenne, l'Aurignacien ancien devenant le Périgordien ancien (aujourd'hui nommé Châtelperronien) et l'Aurignacien supérieur devenant le Périgordien récent (aujourd'hui nommé Gravettien).

Sur le site, la galerie se trouve dans le premier bâtiment croisé après la billetterie en direction de la caverne du pont d'arc.


Comme sur tout le site, une recherche particulière de respect du cadre végétal a été mise en oeuvre, le bâtiment est quasiment invisible au milieu des chênes verts originels.


L'entrée de la galerie se fait indifféremment par l'un des deux accès courbés, elle reste invisible jusqu'à ce que nous soyons presque sous le porche de l'entrée. Ici aussi un travail particulier a été réalisé sur les panneaux de parement des bâtiments, un rappel de l'architecture de la caverne voisine.


L'entrée se fait sous un grand porche par une série de portes qui donnent accès à un vestibule où l'on attend devant les témoignages vidéos des scientifiques l'ouverture de la salle de projection. En effet, avant de découvrir la galerie de l'Aurignacien, un film nous présentant ces humains du paléolithique dans leur milieu et leurs activités nous est projeté.


Une fois le film terminé, les portes de la galerie sous l'écran, s'ouvrent...


Première rencontre, un lion des cavernes qui guète les visiteurs tapis sur un rocher.


Avant d'aller plus loin, une salle parsemée d'écran nous présente l'évolution dans le temps de la morphologie de la combe d'arc où se trouve la grotte Chauvet.


Il y a 36 000 ans presque au sommet des falaises de la combe d'Arc se trouvait une immense entrée de grotte, l'entrée originelle de la grotte Chauvet, visible sur la photographie ci-dessous sous l'écran qui affiche - 36 000, le point noir. 


Après cette très intéressante salle, reprenons notre progression dans la galerie, c'est maintenant un ours des cavernes que nous croisons.


La galerie n'est pas très longue, elle nous présente une sélection d'animaux représentés dans la grotte Chauvet et qui partageaient le quotidien des aurignaciens, rhinocéros laineux, mammouth et mégacéros ci-dessous sur la photographie.


Un de mes animaux représentés ici préférés, le rhinocéros laineux, énorme, puissant et très impressionnant.




En avançant dans la galerie, nous croisons un mammouth qui nous semble petit, les réalisations sont remarquables, les reproductions sont très réalistes, il manque peu de choses pour croire certains de ces animaux vivants d'ailleurs le mammouth nous accueille par un barrissement.



Ce n'est pas tout les jours que l'on se retrouve face à un mammouth, même s'il est factice !


Si les photographies tendues qui reproduisent le paysage de l'époque sont très judicieuses, c'est un peu dommage que la réalisation du plafond n'ait pas fait l'objet d'un peu plus de recherche pour le rendre lui aussi plus naturel.





La grande surprise de cette visite est certainement la taille extraordinaire du mégacéros, l'envergure de ses bois, nous sommes là devant un géant !



Le bison des steppes à coté du mégacéros semble tout petit...


Après la traversée du bestiaire, nous pouvons admirer la reconstitution d'un "campement" des aurignaciens, admirer leurs vêtements, leurs parures. Nous sommes face a des humains très proche de nous.




Difficile de ne pas constater que les aurignaciens sont des humains qui nous sont très semblables. Peut être peut on se poser la question concernant la couleur de leur peau qui ici représente plus la prétention occidentale que la réalité historique, la question reste posée, mais la migration ressente de ces populations en Europe laisse perplexe sur le choix de cette carnation.





Après cette traversée, deux salles multimédias nous proposent d'approfondir nos connaissances sur les humains de cette époque, leurs techniques artistiques, leurs modes de vie.



Entre deux salles multimédias, une mise en scène nous présente les techniques mises en oeuvre pour réaliser les gravures pariétales.



Préparation des pigments d'ocre.




Une dernière salle multimédia clôt cette très belle galerie de l'aurignacien, une somme d'information que je vous conseille de prendre le temps d'approfondir tant elle est intéressante.


Un grand mur d'écran interactif vous présente une sélection de représentations artistiques peintures, gravures et sculptures de cette époque.



Partout des écrans interactifs, face à l'entrée de la salle trois écrans nous présentent des photographies de la grotte Chauvet et replace ces images sur une carte générale de la grotte.


Représentation de la grotte Chauvet avec mise en évidence du parcours des visiteurs virtuels de la grotte devant les différentes fresques.


Dans cette salle vous pourrez appréhender les différentes techniques qui ont été utilisées pour réaliser les fresques de la grotte Chauvet.



Il faudra que le visiteur prenne le temps de bien explorer les différents médias qui lui sont proposé dans cette galerie de l'aurignacien pour l'apprécier à sa juste valeur. Une somme impressionnante d'information nous y est donné, toutes plus passionnantes les unes que les autres. 
Une très belle réalisation là encore.

Nous quittons la galerie de l'aurignacien et rejoignons la sortie par le même porche, décidément nous vivons une très belle journée.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire