jeudi 13 octobre 2016

Aven d'Orgnac sublime grotte Ardéchoise

L'Ardèche offre de nombreux paysages, de nombreuses activités, c'est un département exceptionnel de par sa géographie et ses divers types de climats. En été les températures sont parfois étouffantes, le revers de la médaille, habiter dans le sud n'a pas que de bons cotés...

Cet été, au plus fort de la chaleur nous avions le plaisir de recevoir un ami Belge qui ne connaissait pas notre région, alors quoi de mieux que le partage, partager les paysages que l'on aime, les sites exceptionnels qui nous entourent, voici donc notre solution à la chaleur estivale, descente à -120 mètres sous terre à 10°C !

photo Pascal Blachier
Nous n'entrerons pas par l'entrée naturelle de la grotte, laissons aujourd'hui les 50 mètres de rappels aux plus sportifs, nous descendrons par les 700 marches au plus profond de la grotte accessible en simple visite.



"En août 1935, au cours d'une exploration systématique des cavités situées au sud du canyon des gorges de l'Ardèche, une équipe de spéléologues dirigée par Robert de Joly arrive sur la commune.

Conduits à l'entrée du gouffre par les villageois, c'est au moyen d'échelles de corde que les cinq spéléologues franchissent la verticale de 50 mètres du puits d'entrée. Une succession de découvertes fabuleuses avec des salles gigantesques et des formations cristallines de la plus grande diversité va représenter la découverte la plus exceptionnelle de sa vie d'explorateur.

Cette première expédition durera 10 heures et permettra à Robert de Joly de mesurer la qualité exceptionnelle du site."




Nous voici devant l'entrée de la grotte, il fait plus de 30 °c,  le choc thermique va être violent, pensez à vous couvrir pour cette visite !

Vous pouvez voir sur la photo suivante, en haut de l'image,  le spéléo qui descend par le puit naturel de 50 mètres.


Je n'étais pas venu dans cette grotte depuis des années, la visite à changé tout comme la grotte elle même, sa mise en lumière est réussi mais céder à la temporisation courte comme c'est le cas dans la caverne du pont d'arc reconstitution partielle de la Grotte Chauvet est dommage. Ici la chose peut être admise, la limitation de la lumière limite la prolifération des algues et autres mousses qui envahissent malgré tout la grotte. La rançon du succès sans doute, beaucoup de visiteurs...




L'univers souterrain ne nous est pas naturel, tout comme les dimensions extraordinaire des salles de cette grotte, nous sommes ramené à nos instincts primitifs, à nos sens primaires, cela ajoute à l'émerveillement avant cette fabuleuse nature.



Les visiteurs sont impressionnés par les empilements d'assiettes, concrétions particulières de l'Aven d'Orgnac.


Le nombre de visiteur élevé augmente le dioxyde de carbone de la grotte, cet afflux associé à la lumière des projecteurs provoque l'apparition de végétations délétères sur les concrétions.




La couleur des concrétions est due aux oxydes de fer qui s'infiltrent en même de temps que l'eau qui crée ces structures de calcite.


Voici les concrétions qui sont le symbole de la grotte de l'Aven d'Orgnac, elles sont en forme de pommes de pin.




Dans la salle Robert de Joly on peut voir parmi les orgues de calcite l'urne funéraire de l'inventeur de la grotte.









Il est très difficile de retranscrire en photographie la visite d'une grotte, je n'utilise pas de flash qui pourraient effacer les volumes des concrétions s'ils sont mal dosés, les temps d'éclairages sont très courts, il y a du monde qu'il ne faut pas genre et qui ne doivent pas nous gêner.
Il faut également permettre au spectateurs de comprendre et d'assimiler les dimensions de ce qu'il voit, pour cela n'hésitez pas à inclure des éléments de la structure artificielle de la grotte et des visiteurs.








Regardez bien ce spéléologue dans la grotte de l'Aven Orgnac, mannequin qui nous permet de comprendre le gigantisme de la salle dans laquelle nous nous trouvons.


Voyez vous toujours le spéléologue en rouge ? Cherchez un peu ! Oui c'est cela presque au centre de l'image, minuscule personnage au coeur de cette immense salle.


Nous descendons toujours, encore quelques salles et nous atteindrons notre objectif.






La nature parfois s'amuse, l'abstraction géologique laisse la place ici à un escargot !




Nous rejoignons la dernière salle accessible de cette visite en longeant d'extraordinaires draperies.



Voici la dernière salle de la visite classique, la salle rouge à -120 mètres. Cette salle propose un son et lumière créé par Yann et Guilhem Cléophas. N'hésitez pas à vous approcher des barrières si vous voulez bénéficier dans de bonnes conditions du spectacle !




C'est ainsi que se termine cette sublime visite, elle dure un peu plus d'une heure, et nous offre une expérience inoubliable !




Aucun commentaire:

Publier un commentaire