lundi 21 mars 2016

Ile de Gaou

Notre Méditerranée nationale est parfois surprenante, elle sait ne pas se ressembler, ne pas ressembler à ce que notre imaginaire en fait. Ainsi j'ai découvert un paradis près de Six Fours les Plages, je dis un mais vous le verez plus tard ce sont plusieurs zones préservées qui entourent cette ville côtière.

Pour la majorité des continentaux comme je suis, la Méditerranée ressemble à ça, plus ou moins.



Une eau turquoise, calme, un ciel bleu et les montagnes qui plongent vers la mer, c'est très beau, avec des barques de pêche traditionnelles.




Mais la Méditerranée à plusieurs visages, même près d'une ville comme Six Fours les Plages ; en tournant le dos à cette paisible baie, voici une cote découpée et inattendue ici, voici le Cap Sicié.


Ce jour-là la mer était déchainée, une tempête nous offrait un spectacle extraordinaire, là encore la surprise est totale, certaines perspectives nous transportent en Bretagne...






La tour des Embiez domine la tempête, le paysage est grandiose.




C'est François et Chantal qui nous ont fait découvrir ce coin paradisiaque, bien sûr la tempête transfigure les lieux, et le soleil qui nous a accueillis ne va pas rester, mais quel panorama !




Depuis l'ile du petit Gaou nous empruntons la passerelle vers l'ile de Gaou à proprement dit.



L'ile est ouverte entre 8 heures et 20 heures, elle est aménagée pour la préserver, les sentiers sont délimités, des zones de pique-niques existent et des toilettes sont à disposition, même en hiver.


Sur cette ile en 1942 le commandant Cousteau, F.Dumas et P.Tailliez ont réalisé avec l'aide de L. Vèche le premier film sous marin à 18 mètres de profondeur.




Nous ne testerons pas la plongée, il fait trop froid ! Difficile de résister à ce lieu, nous sommes en semaine, il n'y a presque personne, nous découvrons ces sentiers et les points de vue auquel ils mènent avec excitation et bonheur, la force de la nature est toujours impressionnante.







Le sentier côtier nous offre de belles perspectives sur la tour qui domine l'ile des Embiez inaccessible.



La mer est toujours un lieu qui tend à la contemplation, assis sur le sable face à la ligne d'horizon, ou les cheveux dans les embruns face aux vagues qui s'écrasent sans relâche sur les rochers qui tentent de résister à leur inexorable érosion.






















L'ile de Gaou est une belle découverte, bien sûr il faudra y revenir par temps plus clément pour bénéficier du bleu légendaire de la mer méditerranée.


Si la cote sud de l'ile de Gaou est découpée et sauvage, la côte nord de cette petite ile est bien différente.






Traversons vers l'autre monde de l'ile de Gaou.


Le contraste est total, la cote nord de l'ile bénéficie du calme de la baie de Sanary, ici malgré le vent de sud violent, pas de vagues, seule la lumière trahis le mauvais temps.


Le coeur de l'ile est couvert de végétation, plus on se rapproche de la cote nord et plus les arbres sont hauts.




Nous quittons ce lieu exceptionnel frigorifié par le vent glacial qui déchaine la mer, heureux de cette découverte et impatient d'y revenir.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire