vendredi 18 novembre 2011

Séisme et gaz de schiste l'aveu des foreurs

Vous l'avez certainement lu ou entendu à la radio, le 5 novembre 2011 un séisme de magnitude 5,6 a ébranlé l'Oklahoma, la secousse étant ressenti à une distance de 1000 kms. Je vous présente aujourd'hui quelques documents concernant cet accident industriel.



Un tremblement de terre de magnitude 5,6 a secoué samedi soir le centre de l'Oklahoma (centre des États-Unis), une puissance record pour cette région très stable au niveau sismique, et qui reste un véritable mystère pour les experts. 
Une première secousse de 4,7 sur l'échelle de magnitude du moment s'était produite dans la matinée. Les autorités ont fait part de dégâts matériels mais d'aucune victime.
L'épicentre du tremblement de terre, qui s'est produit à 21h53, était situé à six kilomètres à l'est de la localité de Sparks à une profondeur de 5 km.
La première secousse s'est produite à 2h12 (3h12, heure de Montréal samedi) à 9 km au nord de la ville de Prague.
Selon l'USGS, le séisme le plus puissant enregistré auparavant dans cet État remonte à 1952 avec une magnitude de 5,5.
Les services d'urgence du comté de Lincoln ont indiqué qu'il y avait des dégâts significatifs sans en préciser clairement l'étendue, selon la chaîne de télévision locale KJRH.
Cité par le quotidien The Tulsa World, le responsable de ces services d'urgence, Joey Wakefield, a mentionné des déformations de la chaussée sur des portions d'une autoroute et l'effondrement d'une cheminée d'une maison de deux étages près de la ville de Prague. D'autres bâtiments ont aussi subi des dommages, selon lui. «Cela a été un assez mauvais petit tremblement de terre», a-t-il déclaré.
Le quotidien d'Oklahoma City, principale ville de l'État, située à 72 km de l'épicentre du séisme, a précisé que la deuxième secousse avait été ressentie jusqu'au nord du Texas.
Une forte secousse a aussi été ressentie à Kansas City à plus de 570 km.
Selon le journal, citant le porte-parole des services d'urgence de l'Oklahoma, aucun blessé ne leur a été signalé.
Mais de nombreux habitants de la zone touchée ont eu une grande frayeur.
«Un tableau près du téléviseur s'est décroché du mur et nous avons sursauté, car nous avons alors cru que quelque chose avait heurté la maison», a raconté au journal The Oklahoman, Noeh Morales, un résident d'Oklahoma City.
«C'était comme un grondement et je n'avais jamais entendu quelque chose d'aussi fort».

Hier et aujourd'hui encore des secousses se sont faites ressentir, toujours aussi mystérieusement
Pour remédier aux limitations de l'échelle de Richter, les sismologues, en particulier américains, ont recours à l'échelle dite «de magnitude de moment». Conçue en 1977, elle mesure l'énergie dégagée par un tremblement de terre.
De très nombreux séismes secouent l'Oklahoma depuis quelques temps et sont présentés dans les médias américains comme totalement mystérieux . Pourtant un rapport de l'USGS devrait normalement totalement les éclairer...Vous avez dit langue de bois?...m'enfin!!!
Après que la presse anglaise est rendu public, il y a deux semaines, que la technique dite de "fracturation hydraulique" utilisée dans l'extraction et de gaz de schiste soit probablement la cause de 2 tremblements de terre inexpliqués en Angleterre il y a quelques mois, c'est maintenant la prestigieuse agence américaine USGS qui nous fait d'étranges révélations.
En effet l'agence USGS de l’Oklahoma vient de publier un rapport troublant que vous pouvez consulter ici, qui révèle que les techniques de fracturations hydrauliques employées par les sociétés d'extraction du gaz de schiste en Oklahoma en Janvier 2011 semblent être liées à plus de 50 tremblements de terre constatés dans ce même mois dans l'état .

C'est après la plainte de quelques résidents affirmant avoir ressentis des tremblement de terre qu'une enquête a été investi par l'USGS dans la région.
Les enquêteurs ont en effet constaté que plus 50 petits séismes ont effectivement été enregistrés, allant de l'ampleur de 1,0 à 2,8 sur l’échelle de richter, et plus encore, ce rapport constate que l'essentiel des secousses ressenties se sont produites à moins de 3,5 km de "Eola terrain" où des opérations de fracturations hydrauliques étaient en cours. (....tiens donc....)

Bref même si le mystère s'épaissit de jour en jour, la langue de bois elle atteint la perfection.



l'Oklahoma enregistre environ 50 tremblements de terre par an ; mais en 2010, 1047 séismes ont secoué l'État.
Pourquoi?
Dans le comté de Lincoln, où la plupart des incidents sismiques ont été recensés , il y a 181 puits d'injection, selon Matt Skinner, un fonctionnaire de la Commission d'Oklahoma Corporation, l'agence qui supervise la production pétrolière et de gaz dans l'état.
Y a-t-il une relation de Cause à effet?
L'armée américaine et le United States Geological Survey ont conclu.que la pratique de l'injection d'eau dans des formations rocheuses profondes cause des tremblements de terre,
Le processus appelé fracturation hydraulique consistant à injecter un mélange d'eau et de produits chimiques profondément sous terre pour briser les couches de sédiments rocheux contenant du gaz naturel, est surtout contesté par les groupes environnementaux pour le risque de polluer les eaux souterraines ; mais un risque plus inquiétant se constate à partir d'études du gouvernement américain : les fluides injectés dans le sous-sol sous haute pression en grande profondeur produisent une augmentation de l'activité sismique.

Ainsi, tant l'armée américaine et le United States Geological Survey après plus de cinquante années de recherche confirment au niveau fédéral que cette "injection de fluide» introduit l'instabilité souterraine et est un facteur contributif à l'apparition d'une activité sismique accrue.

Alors que l'industrie du gaz naturel américain monte une campagne publicitaire sans précédent et coûteuse pour convaincre le public que ces pratiques sont respectueuses de l'environnement, les agences gouvernementales américaines disent l'inverse.

Selon le site de l'USGS, sous le titre "Peut-on provoquer des tremblements de terre? Y a-t-il un moyen pour empêcher les tremblements de terre? ", L'agence note que« les séismes induits par l'activité humaine ont été constatés dans plusieurs endroits aux États-Unis, au Japon et au Canada.
Le mois dernier en Grande-Bretagne, Cuadrilla a annoncé qu'elle avait découvert d'énormes gisements souterrains de gaz naturel dans le Lancashire, jusqu'à 200 billions de pieds cubes de gaz .

Le 2 Novembre un rapport commandé par Ressources Cuadrilla a reconnu que la fracturation hydraulique a été responsable de deux tremblements qui ont frappé le Lancashire et même jusqu'à cinquante tremblements de terre. De même, le British Geological Survey a lié de petits tremblements de terre dans la région de Blackpool à la fracturation. Dr Brian Baptie du BGS déclare : «Nous avions quelques instruments à proximité du site et ils montrent que les deux événements survenus simultanément et à une faible profondeur, sont probablement liés. »

Sensibilisés à la question, l'industrie pétrolière et du gaz naturel a été prompte à rejeter les déluges d' accusations du public avec une pléthore de publicités télévisées sur la manière dont le gaz naturel des gisements de schiste « n'est pas seulement l'avenir de l'Amérique, mais qu'elle fournit des emplois et que les sociétés d'énergie sont les gardiennes responsables de l'environnement. »




Aucun commentaire:

Publier un commentaire